Accueil Entreprise Juriste d’entreprise et juriste d’affaires

Juriste d’entreprise et juriste d’affaires

par HumanRessources

Quelles sont les principales différences et traits communs entre l’avocat d’affaires et l’avocat d’affaires ? On découvre les deux faces d’une même médaille.

Les différences

La principale différence entre l’avocat d’entreprise et l’avocat né et élevé dans un cabinet d’avocats, qu’il soit grand ou petit, réside dans ce que l’on pourrait définir leur « marque », c’est-à-dire dans le « lieu » définitif après un parcours d’études communes. Je vais t’expliquer :

Le premier est un professionnel qui rend un service à une entreprise.
Le second est un point de référence qui brille de sa propre lumière.
Tous deux ne sont que la déclinaison naturelle de deux mondes différents qui aujourd’hui plus que jamais se croisent, mais qui restent distincts. Le juriste d’entreprise s’interprète par rapport aux autres fonctions de l’entreprise et est conscient de l’importance de son rôle, mais il sait aussi que ce qui compte le plus, c’est le produit ou le service que l’entreprise fournit.

L’avocat d’affaires est concentré sur ses propres compétences, sur sa formation professionnelle et sur sa propre croissance ; il ne peut évidemment pas non plus ignorer la satisfaction de ses clients, mais c’est avant tout un professionnel plutôt égocentrique, soucieux de son rôle.

Les traits communs

Cependant, il existe de nombreux points communs entre les deux figures : le juriste d’entreprise ne peut négliger sa propre formation et la mise à jour réglementaire nécessaire et constante et ne veut pas laisser de côté sa croissance professionnelle (et économique !), il est responsable d’un groupe de travail, parfois nourri, qui repose sur lui en tant que capitaine de navire, de la même manière l’avocat d’affaires doit savoir comprendre les besoins commerciaux de ses clients et ne peut être sans compétences managériales. Qu’il suffise de dire que l’avocat qui dirige un cabinet d’avocats est à la tête d’une structure qui, grande ou petite, doit être organisée et gérée de la meilleure façon possible afin de survivre dans un marché concurrentiel comme celui d’aujourd’hui et doit savoir retenir et faire croître les ressources les plus juniors.

Échange de fauteuils

Deux fonctions qui bien que similaires, nous courons souvent le risque de ne pas nous comprendre, ou plutôt de ne pas comprendre les points de vue de l’autre. Il est donc évident que les deux rôles gagneraient énormément s’il était possible, comme cela arrive dans les films, d’échanger les sièges. D’une part, le juriste d’entreprise comprendrait combien il est difficile d’appréhender les mécanismes de l’entreprise de l’extérieur, le langage juridique et non-juridique qui doit être utilisé, les délais de réponse parfois non-immédiate des différentes fonctions, les faire des stands. En revanche, il serait tout de suite plus clair pour l’avocat d’affaires à quel point certaines habitudes peuvent être désagréables, comme pour l’entreprise le turn-over de jeunes avocats qui se relaient sur le même cabinet, les réponses parfaites (peut-être de nuit) mais peu pratiques, l’actionnaire qui ne se présente qu’à l’assemblée de lancements puis à la clôture, l’avis sur le point de droit qui laisse à l’entreprise le même problème qu’auparavant.

En conclusion, l’échange de fauteuils serait certainement une expérience intéressante : les deux protagonistes du marché légal pourraient s’emparer du meilleur de l’autre monde et se l’approprier. Et comme dans la vie, savoir se mettre à la place des autres permet d’élargir ses perspectives, mais surtout, cela permet de s’améliorer et de grandir- en l’occurrence – dans son métier. Si vous avez des questions, veuillez  contacter cabinet avocats Tunisie .

Articles similaires