Culture

Le tatouage polynésien, d’une culture à un phénomène de société

Le tatouage polynésien, d’une culture à un phénomène de société

Le tatouage polynésien n’est pas seulement un art de décoration corporelle. Il s’agit également d’une culture et d’une tradition du peuple maori. Selon la légende, le mot tatou tient son origine des îles polynésiennes. Et le mot provient de l’expression polynésienne « ta-atua ». Ce qui signifie respectivement dessins inscrits dans la peau et esprit. Aujourd’hui, le tatouage est devenu un phénomène de société incontournable.

La légende du tatouage polynésien

Selon la légende, le tatouage polynésien provient d’une pratique qui était créée par les fils de Ta’aroa. Ils étaient tous les deux membres d’un groupe d’artisans constitué du dieu de l’habilité et d’Hina Ere Ere Manua. Quand cette dernière devient grande, les deux fils tombaient amoureux de la jeune fille. Alors afin de la séduire, ils inventaient le tatouage dans le but de décorer leur corps. Hina Ere Ere succombait au charme des tatouages des deux garçons et depuis, le tatouage était devenu une pratique culturelle pour les Polynésiens.

Les origines du tatouage selon l’histoire

À part la légende, le tatouage polynésien trouve son origine grâce à l’arrivée des migrants venus d’Asie du Sue Est. Ces derniers s’installent alors dans les îles polynésiennes orientales et occidentales à partir du IIe siècle av. J.-C., mais c’est dans l’île des Marquises que le tatouage était le plus pratiqué.

Mais alors, qui était tatoué ?

Selon la culture polynésienne, le tatouage est synonyme de force, de pouvoir et de richesse. Les personnes tatouées bénéficient, en effet, d’une influence sociale importante. Par contre, celles qui ne sont pas tatouées étaient méprisées par la société.

D’un autre côté, le tatouage symbolise l’appartenance à un groupe ethnique, à un territoire précis, à un clan, à une famille, mais également à un rang social. Par ailleurs, pour les Maoris, le tatouage représente un acte rituel et un accomplissement par un individu. Par exemple le passage à la puberté, le mariage, la bravoure, etc. En effet, les tatouages varient en fonction du sexe. Pour les femmes, les marquages se limitaient aux bras, aux pieds et aux lèvres. Contrairement aux hommes qui ont le corps complètement tatoué. Une exception est valable pour les femmes importantes. Elles peuvent effectivement se faire tatouer les cuisses et les fesses, mais les motifs sont plutôt élégants et mieux réalisés.

Aujourd’hui

De nos jours, le tatouage prend une autre signification. Ce n’est plus un symbole d’appartenance ou une représentation d’un rite culturelle. C’est plutôt un choix personnel, un style de vie et surtout une tendance. Par conséquent, chaque individu choisit son style et son motif selon leur goût. Entre le tatouage calligraphique, les symboles chinois, les dragons japonais et les autres styles de tatouages, on a largement le choix. Certains inscrivent même le prénom de leur partenaire pour monter leur affection.

En outre, le tatouage est aussi utilisé, entre autres, comme une érotisation du corps ou encore une façon de séduire. Et le choix de son emplacement n’est pas fait au hasard. Afin de donner un effet provocateur et pour plus de charme, certains se font tatouer dans des parties un peu osées. Par exemple sur le bas des dos, sur les cuisses, le long de la colonne vertébrale, etc.